Annonces
Annonces
» » » » Au sein du Pds, Aida Mbodj réclame la...

Au sein du Pds, Aida Mbodj réclame la dévolution démocratique

2017-03-08T22:30:59+00:0021 Partages

Organiser la dévolution démocratique du pouvoir à l’intérieur du Pds : c’est l’une des principales exigences de la présidente du Groupe parlementaire des libéraux et démocrates Aida Mbodj et de ses proches. 

En tournée de remobilisation de ses troupes avec son Mouvement « Alliance Nationale pour la Démocratie » dans le sud du pays, Aida Mbodji qui se réclame toujours du Pds avec la casquette de membre du comité directeur exige plus de démocratie au sein de l’ancien parti au pouvoir.

«  Nous sommes tous méritants mais, parmi les méritants, il y’en a certains qui le sont plus. Le Président Wade est parti, il nous a laissé avec un groupe et si ce groupe entend gérer le parti dans l’opacité en isolant certains responsables comme Aida Mbodj, alors nous ne l’accepterons pas … » a laissé entendre l’ex-présidente du Conseil départemental de Bambey qui marque par ailleurs sa solidarité au maire de Dakar Khalifa Sall.

« Nous marquons toute notre solidarité à Khalifa Sall , malheureusement nous n’avons aucun moyen. La justice est gérée par le pouvoir .Nous n’allons pas promettre à Khalifa d’entrer en prison avec lui ou bien d’être menacé comme lui. D’ailleurs, j’ai été la première victime lorsque j’ai été arbitrairement destituée  de la tété du Conseil départemental de Bambey et l’affaire est toujours pendante … », a martelé Aida Mbodj qui a réitéré  l’ancrage de son mouvement dans l’opposition.

L’occasion a été également saisie par l’ancien ministre sous Wade pour faire un plaidoyer en faveur de la paix en Casamance. Et dans un contexte de célébration de la Journée internationale de la femme, la présidente du Mouvement « Alliance Nationale pour la Démocratie » dit prêcher l’union des cœurs et la concorde, toutefois sur fond de questionnement.

« Ici, en Casamance, il y a des femmes productrices, des femmes qui travaillent dans les rizières. Je voudrais que les politiques de développement puissent atteindre les femmes et qu’elles soient évaluées  à l’occasion du 08 Mars. Est-ce que les femmes ont été prises en charge ? Est-ce que la féminisation de la pauvreté a été éradiquée ? Ces femmes vont-elles vers l’autonomisation ?Qu’est-ce qu’on a fait pour les femmes ?… »

Autant de questions à résoudre pour Aida Mbodji qui réclame des actions concrètes de financement et de formation pour les femmes afin de les soulager. « Nous n’avons plus besoin de slogans, nous voudrions qu’on mette en branle un développement social … », a conclu Aida Mbodj qui tâtait le pouls des militants de son mouvement, lequel prépare son anniversaire pour le 26 Mars prochain. ( Sud Quotidien )

Annonces
Annonces

Un commentaire

  • rado
    09/03/2017 14:32

    Surveille tes arrières,Mme ! Tu risques d’être la prochaine cible.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces

L'ACTU EN TEMPS RÉEL