Les plus populaires

 

Lecteurs en ligne

Une info ? 
 

+221 33 823 43 43

Acte 3 de la décentralisation : Pourquoi le projet risque d’être rejeté par le Khalife général des Mourides

Aliou FAMA Aliou FAMA 2014-04-04T15:37:11+00:00 Partages
Acte 3 de la décentralisation : Pourquoi le projet risque d’être rejeté par le Khalife général des Mourides
Annonces

Le Khalife Général des Mourides, pour la première fois depuis que l’acte 3 de la décentralisation fait l’objet de débats, a choisi hier de donner son point de vue qui est surtout une désapprobation par rapport à certaines de ses décisions. C’est notamment, selon le Populaire, le fait d’amputer Touba des localités comme Missirah, Ngabou et Touba Fall.

Apres une longue accalmie liée à l’arrêt des attaques contre le régime, suivie d’une réconciliation avec les autorités religieuses de la ville sainte, les relations entre Touba et le président Macky Sall se détériorent petit-à-petit et de nouveaux déboires se profilent à l’horizon pour le chef de l’Etat. L’acte III de la décentralisation est passé par là.

En effet le guide suprême de la communauté mouride et les chefs religieux en charge de la ville n’ont pas du tout apprécié le découpage en vue avec la création de trois communes amputées de la ville sainte. Il s’agit de Touba Fall, Dalla Ngabou et Missirah, tous des villages sièges de communauté rurales faisant partie intégrante du périmètre de Touba pour les rattacher à Ndame.

Selon un proche collaborateur du khalife général qui a requis l’anonymat, une telle décision remettrait en cause l’intégralité de l’acte III de la décentralisation. Plus grave nous dit-il, « une révolte pourrait partir de Touba et serait fatale au chef de l’Etat si l’on n’y prend garde. »
Pour nos confrères, Macky Sall a été mal informé par son ministre de la Décentralisation. Ainsi écrivent-ils que « dans les coulisses de la hiérarchie mouride, les autorités religieuses en charge de la ville et les autres petits-fils de Serigne Touba ont la ferme conviction que le chef de l’Etat est mal informé par son ministre de la Décentralisation sur le cas spécifique de la ville sainte. « Macky Sall n’a pas la bonne information sur Touba.

Cette ville a été fondée par Serigne Touba il y a 126 ans et des villages satellites ont été également fondés sur ses instructions ou sur instruction de ses Khalifes. Les communautés rurales de Touba Fall, Dalla Ngabou, et Missirah qui sont à quelques encablures de la ville sainte l’ont été. Une tentative de les rattacher à une autre commune, ou arrondissement, n’est rien d’autre qu’une volonté de l’Etat de morceler la ville sainte et l’affaiblir. Ce qui ne saurait être accepté », avertit notre interlocuteur qui appelle le chef de l’Etat à reconsidérer la volonté du gouvernement de morceler Touba qui est, à son avis, un territoire sacré que nul ne saurait violer et rester longtemps au pouvoir ».

« Pour les autorités religieuses en charge de la ville, les concessions de tailles faites par le khalife général malgré les réticences de plusieurs petits-fils de Serigne Touba ne semblent pas suffire au chef de l’Etat. « Le khalife a déjà donné son accord pour une commune spéciale, mais pour peu qu’on y réfléchisse, on a l’impression que l’actuel régime nourrit des objectifs inavoués. Et ceci, les conseillers de Serigne Sidi Mactar, et les différents khalifes des familles de Touba l’ont compris et expliqué au saint-homme qui n’apprécie guère cette démarche ».

Le journal de préciser en outre que « la ville de Touba a été administrée comme communauté rurale sous l’ère de quatre khalifes. Et pour les chefs religieux en charge de la ville, un changement de statut était inimaginable aux yeux de certains conservateurs qui pensaient que toute concession faites à l’Etat serait synonyme de perte d’autorité. Et déjà, renseigne notre interlocuteur, le khalife pourrait, après concertation avec ses proches, revenir sur toutes les concessions faites pour faciliter à l’Etat la mise en œuvre de l’acte III, malgré les mises en garde des ultra-orthodoxes comme Serigne Abdou Fatah Fallilou Mbacké qui avait, dès l’annonce de l’acte III, rejeté toute idée de faire de Touba une commune fut-elle spéciale.

« J’userai de toutes mes forces et j’irai sensibiliser mon frère et guide Serigne Sidi Mactar afin que Touba conserve son statut actuel comme l’ont fait ses prédécesseurs a la tête de la famille de Touba », avait laissé entendre le porte-parole de la famille de Serigne Fallilou au cours d’une cérémonie religieuse.

« Les communautés rurales de Missirah Dalla Ngabou et Touba Fall concernées par ce découpage affichent des positions irréductibles et annoncent leur appartenance à Touba et sont à l’écoute du guide suprême de la communauté mouride ».

Fort de ses arguments, Touba invite le Chef de l’Etat à réagir, selon le populaire « L’entourage du khalife confirme notre interlocuteur et va même plus loin. « Nous avons la ferme conviction que Macky Sall n’a pas l’intention de morceler la ville jusqu’à ce qu’il confirme par des actes le contraires. Le khalife est au courant de tout et attend de lui qu’il revienne sur cette décision et en se prononçant là-dessus dès son retour de voyage » dira un d’eux sous le couvert de l’anonymat.

Les responsables locaux de l’alliance pour la république interpellé n’ont pas voulu se prononcer sur la question a l’absence du coordonnateur Moustapha Cisse qui a récemment laissé entendre que le khalife détient les pleins pouvoir sur Touba et par contre le chef de l’état ne saurait prendre aucune décision sans recueillir au préalable son aval »

Articles connexes

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces

L'ACTU EN TEMPS RÉEL