Annonces
Annonces
» » » Abdou Latif Coulibaly : « au Sénégal les...

Abdou Latif Coulibaly : « au Sénégal les journalistes aiment critiquer mais n’acceptent pas d’être critiqués »

2015-05-15T09:25:42+00:00 Partages

Membre du gouvernement, le journaliste Abdou Latif Coulibaly a, dans un entretien avec  » Le Témoin « , critiqué le travail de ses confrères. Pour lui les journalistes au Sénégal n’acceptent pas d’être critiqué.  “Il y a un phénomène au Sénégal, les journalistes aiment critiquer, mais n’acceptent pas qu’on critique leur travail. Il y a une introspection à faire de la part des journalistes. Tout ne leur est pas permis. Tout doit être pour leur permettre d’exprimer et de diffuser les faits à condition que leur travail ne soit pas en porte-à-faux avec l’intérêt général et l’intérêt privé”, dit Abdou Latif Coulibaly.

Pour lui, tout ne doit pas être dit ou écrit par les journalistes. “l’Etat de droit se préserve par la nécessité d’un devoir de transparence jusqu’au bout sur certains sujets et aussi par souci de cultiver le secret surtout dans le domaine militaire. Critiquer la publication d’éléments qui relèvent des secrets militaires est la manifestation d’une responsabilité en conformité avec ses fonctions de Président de la République. Tout comme beaucoup de citoyens pensent que les secrets militaires ne doivent pas être publiés facilement. Ce que le président de la République a dit n’est pas un recul, ni une négation du droit du peuple à être informé. Bien au contraire, le Président de la République a parfaitement raison d’exprimer ses opinions”, ajoute t-il.

Cette prise de position d’Abdou Latif Coulibaly tranche d’avec sa position du temps du régime de Me Wade. En ce temps Latif Coulibaly soutenait le contraire de son discours d’aujourd’hui. Pour mémoire, voici ce qu’il disait à l’époque. “La presse est libre au Sénégal. C’est justement la raison pour laquelle le président Wade a tenté de détruire cette liberté par plusieurs manœuvres. Mais il s’est rendu compte que ce n’était pas possible et cherche peut-être à collaborer avec la presse (…). Le risque ne doit donc pas conduire à renoncer aux devoirs et aux responsabilités”, disait-il.

Annonces
Annonces

2 commentaires

  • tjrs fier
    15/05/2015 09:42

    oh mn dieu vréma l poivoir ren fou ki xana dou latif mou avan 2012 c parol montre k la plu part des politiciens sont tous des toquards d prmiers heur

  • lebou
    15/05/2015 16:33

    Goor amatoul , gathié amatoul , le pouvoir detruit . Ce mec est accepte tt même ce qu ' il combattait helas , il est tombé ci Bas

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces

L'ACTU EN TEMPS RÉEL